Nos Canaux

Actualités :

Procès 5G
Emission à venir
Les Canaux :
Aspect gauche (passé) transhumaniste Aspect droit (futur) organic vivant plume art légereté. LA BALANCE DE LA JUSTICE RÉÉQUILIBRÉE.
Le Café des Libertés.
Tribunaux des Libertés.
Manifestation des 3 Singes.
ZDAC Social Club.
ZDAC Origins.
Opex & Actions de soutien.
ZDAC Phoenix.
Interviews.
ZDAC Fest

Aperçu du festival autogéré du ZDAC fest en désobéissance civile et intégralement à prix libre :

Procès pour les récupérations d’invendus de grande surface -> ici👈
L’équipe vous remercie, on est tous bénévoles, et on est mobilisé en permanence pour œuvrer à un monde qui laisse la place à la bonté intérieur de l’Homme. 
Tous unis, nous formons la chaîne, et c’est pour cela qu’à la ZDAC comme au Café des Libertés, notre fonctionnement a toujours été basé sur le principe de « Tu as pas tu prends, tu as tu donnes », la devise inscrite sur notre devanture si vous venez nous visiter,  soyons le système D du système !

Qui sommes nous?

     Le Café des Libertés a commencé le 1er février 2021 sur le boulevard des martyrs de la résistance à Forcalquier, pendant les mesures sanitaires, né d’un besoin commun de liberté face à l’oppression.
     Ce concept de terrasse sauvage sur l’espace publique avec représentations artistiques est aussi une forme de contestation positive, l’Homme vient manifester ses idées, les partager, assis, autour d’un café, en écoutant de la musique, et dès lors, il constitue un maillon de plus dans l’action menée, et celui qui voudrait venir le déloger de sa chaise, se retrouve à prendre lui même la posture du manifestant, du protestataire.
Ne plus demander pour attendre de pouvoir vivre dignement, mais prendre, vivre, ensemble, dans la bienveillance et la bonne foi.
     Depuis ce jour, chaque lundi est devenu le rendez vous des dissidents, des divergents, des normaux et anormaux, et de tous ceux qui aspirent à collaborer ensemble pour un monde meilleur.
     Un acte hebdomadaire de désobéissance civil où tous et toutes sont invités à partager en gratuité une boisson chaude, un repas, et les artistes et conférenciers y trouvent un publique toujours très diversifié (même à l’époque des « non essentiels »).
     Un espace de liberté d’expression et de vivre, sans s’obliger les uns aux autres le masque ou la distanciation, ce qui n’a pas été au gout des autorités locales qui souhaitaient enfermer les gens chez eux, un long bras de fer s’est donc engagé entre son fondateur, Merlin, et les autorités, par le biais des élus locaux.
      Le Café des Libertés se veut être un phare dans les ténèbres de l’obéissance aveugle, une remise en question des principes de société qui nous sont imposés, mais par dessus tout, une Zone Libre.
     Par la suite, les mesures se sont durcis et le pass sanitaire est apparu, 5 potes se sont donc décidés à prendre 2 bâtiments, Alésia, une ancienne abbaye de 2500m2 du coté de Reillanne, pour y loger des personnes dans le besoin, et la ZDAC, un hangar de 430m2 au coeur du village, qui devait être détruit pour construire un centre vaccinal, et de s’y barricader pour proposer une formule d’activité hebdomadaire à prix libre, pour palier à la discrimination mise en place par cette apartheid sociale.
     Ainsi, le traditionnel lundi du Café des Libertés se tiendrait désormais dans la Zone de Défense Active de la Culture (ZDAC).
     De même que les activités pour les enfants du mercredi après midi n’auraient plus lieu dans les jardins des cordeliers mais à la ZDAC, le jeudi matin les cours de boxe, le jeudi soir les diffusions cinématographiques, le vendredi après midi les ateliers du bien-être, et le samedi soir les légendaires concerts. 
Toute la semaine on pouvait y retrouver :
                                                                             – Une épicerie solidaire à prix libre
                                                                             – Une friperie / gratuiterie
                                                                             -Une bibliothèque.
     Le lieu fédérait tellement de monde que la programmation était complète 2 mois à l’avance, et l’idée que nous puissions vivre mieux, ensemble et autrement commençait à se diffuser, d’où la journée du 5 avril, celle où l’autoritarisme est venu s’attaquer à la culture, cette journée où les élus locaux se sont alliés par peur de voir leur pouvoir leur échapper, remis en cause par une idée naissant dans la tête de beaucoup. Un arrêté préfectoral a donc interdit l’accès au village sur toute la journée, et 200 gendarmes mobiles ont été dépêchés dès 5h du matin, Merlin et son père ont été enfermés à la première heure, et le bâtiment a été détruit.
Les murs tombent mais les idées persistent, vous pouvez désormais nous retrouver au ZDAC Social Club, au 15 avenue du général de Gaulle à Forcalquier,
ZDAC Phoenix, avenue de la paix à Forcalquier.
     Notre lutte face aux innombrables injustices, permises par ce système en perdition, nous a également conduite à mener des actions de soutien divers et des manifestations, en exportant les concepts du café des libertés, ou en produisant des artistes, fédérés en grand nombres par le mouvement de la ZDAC. 
     Tous les dissidents, les révoltés ou les apaisés, ceux qui rêvent de liberté et qui ne rentre pas dans le moule, sont invités à venir découvrir tout ça !

(MOFIFICATION DU TEXTE EN COURS)

RSS